Internet Explorer is not supported
Sorry, please use another browser such as Google Chrome or MozillaFirefox
Please confirm your location to see relevant content.
BLOG

Votre laboratoire dentaire est-il paré pour 2023 ? Et pour 2030 ?

Lee Culp

CDT, CEO

Sculpture Studios, USA

Cela fait un moment que votre laboratoire est passé au numérique. Êtes-vous satisfaits de vos solutions ? Le prothésiste dentaire Lee Culp, mondialement connu, examine la situation actuelle des laboratoires dentaires et se penche sur les compétences et les outils que vous devez maîtriser pour garder une longueur d'avance aujourd'hui et à l'avenir.

J'ai reçu une invitation plus tôt cette année pour donner une conférence à l'Academy of Prosthodontics. La préparation de la conférence m'a incité à réfléchir au passé de mon propre laboratoire et à mon avenir dans le contexte de la dentisterie numérique.

En regardant en arrière, je me suis rendu compte que mon laboratoire et moi-même travaillons presque exclusivement en numérique depuis maintenant plus de 22 ans. En effet, notre laboratoire est considéré comme l'un des tout premiers laboratoires numériques au monde.

Pour prédire ce qui va se passer à l'avenir, examinons d'abord le présent, puis ce dont les laboratoires auront besoin, selon moi, pour se préparer à demain.

Logiciel de CFAO

Il est évident qu'au cours des deux dernières décennies, les logiciels de CFAO ont considérablement évolué.

Le logiciel s'est amélioré au point de nous permettre de traiter plus facilement des cas volumineux et de réaliser des travaux complexes. Je pense que, surtout ces cinq dernières années, nous avons assisté à des changements importants dans la facilité d'utilisation et les fonctionnalités des logiciels.

Les prothésistes sont également bien mieux armés pour concevoir, par exemple, des prothèses complètes et partielles amovibles. En fait, je trouve que le logiciel est devenu si efficace que les améliorations futures ne dépendront plus uniquement du développement du logiciel, mais également des matériaux.

La capacité de fabriquer, par exemple, des prothèses amovibles aussi bien en usinage qu'en impression 3D sera beaucoup plus importante.

Nous assisterons à de grands changements dans le développement et l'intégration entre les logiciels et les matériaux.

Les laboratoires auront-ils besoin de nouveaux équipements à l'avenir ? De scanners de laboratoire ?

Une autre évolution majeure que j'ai observée au fil des ans concerne les scanners de laboratoire. Grâce à leur rapidité et à leur précision, ils ont transformé nos flux de travail.

La vitesse des scanners de laboratoire est tout simplement incroyable par rapport à ce qu'elle était il y a 20 ans. Nous utilisons un scanner 3Shape E3, qui est très rapide.

Ce qui est intéressant, c'est que les scanners comme ceux de la série E n'ont pas de porte. Il suffit de placer le modèle à l'intérieur. Je me suis toujours demandé pourquoi un scanner devait posséder une porte, car le simple fait de ne pas avoir à ouvrir la porte nous fait gagner du temps. Dans un laboratoire, chaque seconde compte.

Le temps consacré à la création d'un fichier numérique ou à l'ouverture de la porte d'un scanner pourrait être utilisé à d'autres fins. Donc, tout ce qui fait gagner du temps sans nuire à la qualité est bienvenu. Je suis un adepte de la vitesse.

Pourquoi vous avez besoin d'un logiciel de gestion de laboratoire

Les logiciels de gestion de laboratoire sont étroitement liés à la productivité des laboratoires et à l'efficacité de leur flux de travail.

Au début de ma carrière, mon laboratoire était de petite taille et se concentrait sur l'aspect artisanal manuel, comme le font beaucoup de jeunes prothésistes aujourd'hui. Ce n'est pas une mauvaise chose, et je ne dis pas cela dans un sens négatif,

mais je voudrais encourager les jeunes techniciens qui s'intéressent au côté artistique de leur métier à ne pas oublier qu'ils gèrent une entreprise.

Un jour, vous allez vous réveiller et vous dire : « Comment gagnons-nous de l'argent ? »

Quand j'ai commencé, je ne pensais pas que je ferais partie d'un grand laboratoire. Je ne me lancerais jamais dans la production à grande échelle. Je ne ferais jamais telle ou telle chose. Or, tout ce que je détestais lorsque j'étais un jeune technicien créatif, nous le faisons maintenant, mais nous réalisons un travail d'un niveau incroyablement élevé et nous pouvons toujours reproduire fidèlement une seule incisive centrale.

Aujourd'hui, pour développer et surtout piloter votre activité, vous avez besoin d'un système de gestion. Le système que j'utilise me permet de tout faire : rappels, fidélisation, mesures financières, mesures de production, suivi des commandes et plus encore. Tout cela depuis mon téléphone.

C'est une nécessité. En tant que gérant ou prothésiste, vous devez vous procurer ce type de logiciel, car, croyez-moi, votre laboratoire va grandir. Avoir toutes les données (et comme je l'ai dit, les miennes sont sur mon téléphone), avoir toutes les statistiques financières et de production, pouvoir les vérifier à tout moment et savoir ce qui se passe – c'est inestimable.

Protégez votre entreprise grâce à un contrat de service

Enfin, et puisque nous parlons de la performance des laboratoires, vous devriez également envisager de protéger vos investissements avec un contrat de service.

Si vous êtes un grand laboratoire, vous avez sans doute déjà conclu un tel accord. Quant aux petits laboratoires, ceux qui n'y pensent pas encore, ou qui pensent que c'est un gaspillage d'argent ou que c'est trop cher, je suis convaincu qu'ils doivent compléter leurs solutions par un contrat de service.

Tout comme le logiciel de gestion, c'est quelque chose que vous devez absolument posséder.

Si vous voulez conserver votre avantage concurrentiel, assurez-vous d'être bien couvert. Vous ne pouvez pas arrêter votre production pendant quelques semaines parce qu'un équipement est en cours de réparation.

Renforcer la position de votre laboratoire aujourd'hui et à l'avenir

Comme je l'ai mentionné précédemment, les logiciels continueront à évoluer, mais en attendant, ce que nous pouvons faire dès maintenant, c'est changer la façon dont nous les appliquons.

Par exemple, apprendre à utiliser le logiciel pour le diagnostic plutôt que pour la conception peut ouvrir de nouvelles perspectives et de nouvelles sources de revenus pour votre laboratoire dentaire. Je le sais parce que c'est ce qui est arrivé à mon laboratoire.

Nous utilisons les modules Ortho, Implant Studio et Dental Designer de 3Shape. Au-delà de la fabrication d'éléments prothétiques, nous utilisons également ces applications pour le diagnostic.

En tant que techniciens, nous sommes formés à appuyer sur ce bouton pour fabriquer une couronne, sur celui-ci pour réaliser un bridge et sur celui-là pour créer une prothèse complète. C'est une fonctionnalité puissante, mais il y a tellement d'autres choses que vous pouvez faire avec votre logiciel.

Grâce à tous ces modules logiciels, nous pouvons obtenir d'excellents résultats en matière de diagnostic chirurgical, orthodontique ou prothétique. Et c'est ce qui constitue aujourd'hui une grande partie de notre activité de laboratoire. La moitié de notre travail concerne maintenant la chirurgie. Nous faisons des choses que n'importe quel autre laboratoire pourrait faire, mais il faut d'abord explorer ces fonctionnalités.

Nous n'effectuons pas de travaux orthodontiques dans notre laboratoire, mais nous utilisons le module dédié pour déplacer les dents et montrer différentes possibilités aux patients. Nous utilisons Implant Studio pour le diagnostic de la parodontite tout autant que pour la pose d'implants.

En résumé, je crois qu'à l'avenir, pour que les laboratoires perdurent, ils doivent comprendre qu'il existe de nombreuses autres façons d'aider leurs clients, qui ne se limitent pas au simple fait d'appuyer sur le bouton pour faire une couronne.

Si vous disposez d'une empreinte numérique TRIOS et d'un scan CT, vous pouvez réaliser tout ce que vous pouvez imaginer en utilisant le logiciel et ces deux ensembles de données.

Mais, avant tout, vous devez suivre une formation adéquate. Vous devez avoir une base solide en orthodontie et en parodontie, en prothèse et en chirurgie implantaire. Donc, tout d'abord, obtenez une bonne éducation. Heureusement, étant prothésiste dentaire, vous pouvez assimiler plus facilement ces connaissances.

Nous avons récemment créé un nouvel atelier numérique avec le Dr John Cranham, ancien directeur clinique de la Dawson Academy. Et l'un de nos objectifs est de montrer aux praticiens comment utiliser les logiciels de laboratoire pour consulter ou établir rapidement un diagnostic du patient. De cette façon, ils peuvent présenter la situation clinique à leur patient sans qu'il ne quitte le fauteuil. Vous trouverez plus d'informations sur le groupe ici : ccdigitaldental.com.

Une nouvelle source de revenus pour votre laboratoire dentaire

Il n'y a aucune raison pour que votre laboratoire ne fournisse pas d'informations de diagnostic.

Avec l'ancienne méthode analogique utilisant le plâtre, il fallait quelques semaines pour pouvoir proposer un tel service. Aujourd'hui, si le chirurgien-dentiste dispose du logiciel de laboratoire et/ou d'un laboratoire interne, nous pouvons le former à mettre les moulages numériques en articulateur numérique, à montrer à son patient les problèmes fonctionnels et esthétiques nécessitant un traitement et à proposer très rapidement une solution. Cela ne prend plus deux semaines. Le patient ne quitte pas le fauteuil.

Mais si vous voulez réussir à intégrer le service dans votre laboratoire, vous avez besoin de quelques éléments. Le plus important, ce sont les connaissances. Ensuite, vous devez être en mesure de promouvoir l'offre en question. Ce n'est pas chose simple.

Vous devez convaincre vos praticiens que vous êtes capable de fournir ce service entièrement nouveau.

Ainsi, pour assurer votre avenir et celui de votre laboratoire dentaire, je vous conseille d'apprendre à manipuler le logiciel et à faire savoir à vos clients dentistes que vous proposez des diagnostics.

Notre laboratoire a connu une croissance fulgurante grâce à cela.

Nous sommes en mesure d'offrir à nos clients des solutions complètes : le diagnostic, la préparation, la chirurgie, la restauration et, bien sûr, la finition.

Nous faisons tout, et le plus intéressant, c'est que, comme nous travaillons numériquement, nous pouvons montrer au client et au patient le résultat final exact avant même de commencer. C'est tellement puissant !

Comment seront les laboratoires dans 5 à 10 ans ?

Maintenant que nous avons dressé un tableau de la situation présente, parlons de l'avenir. Tout d'abord, je constate que l'intelligence artificielle (IA) gagne du terrain. C'est curieux. Tout le monde parle de l'IA, mais il y a 20 ans, nous avions déjà des logiciels proposant des couronnes automatiques.

Les utilisateurs qui aiment appuyer sur un bouton et obtenir une couronne sont trop jeunes pour se souvenir de l'ancien logiciel. Cela ne veut pas dire que les solutions n'ont pas connu de progrès considérables en termes de prédictibilité et de précision au fil des ans.

Mais nous aurons toujours besoin de techniciens pour la finition. Mon laboratoire numérique offre une gamme complète de services, mais j'ai toujours besoin de collaborateurs à la fin pour découper les réalisations, les centrer, les glacer, les parachever.

Je pense donc qu'avec le temps, il y aura peut-être moins de conception manuelle, mais une grande partie de notre avenir dépendra, comme je l'ai déjà dit, de l'évolution des matériaux.

L'IA effectuera le gros du travail à l'avenir.

Actuellement, en tant que laboratoire, nous ne devons jamais oublier que nous sommes une entreprise. Je recommande donc à mes confrères d'utiliser un système de gestion, de protéger leurs solutions logicielles et matérielles par un contrat de service et de proposer de nouvelles prestations à leurs clients, notamment en matière de diagnostic. Je l'affirme parce que cela a fonctionné pour mon laboratoire.

Dès le départ, il y a vingt-deux ans, j'ai toujours pensé que les gens ne voyaient dans le numérique ou la CFAO qu'un moyen de fabriquer des objets, et c'est effectivement le cas. Mais en réalité, c'est bien plus que cela. La conception et la production ne sont que des aspects parmi d'autres du numérique.


3Shape Dental System vous permet d'augmenter la productivité de vos travaux de conception dentaire

À propos de Lee Culp, prothésiste dentaire

Lee Culp

CDT, CEO

Sculpture Studios, USA

Le prothésiste dentaire Lee Culp est le PDG de Sculpture Studios, une société qui regroupe un laboratoire dentaire et un centre de recherche et de développement de produits destinés aux applications numériques nouvelles et innovantes en matière de diagnostic, de restauration et de chirurgie dentaires.

Expert de premier plan, il est l'un des inventeurs de nombreux matériaux, produits et techniques utilisés en dentisterie aujourd'hui ; il détient plusieurs brevets pour ses idées et produits et écrit un grand nombre d'articles chaque année. Ses publications, ses photographies et son style d'enseignement lui ont valu une reconnaissance internationale comme l'un des conférenciers les plus passionnants et l'un des pionniers dans les domaines de la dentisterie numérique, de la céramique dentaire et de l'esthétique fonctionnelle.

M. Lee est un écrivain passionné qui a contribué à la rédaction de huit manuels dentaires, dont un chapitre du livre du Dr Peter Dawson intitulé « Functional Occlusion : From TMJ to Smile Design ».